Déclarations anticipées

Les deux lois en vigueur dans notre pays, relatives l’une à l’euthanasie et l’autre aux droits du patient, prévoient la possibilité légale de rédiger des déclarations anticipées pour le cas où l’on deviendrait incapable d’exprimer ses volontés.

L’ADMD propose à ses membres deux types de déclarations anticipées et leur donne tous les conseils utiles pour assurer le respect de celles-ci :

La déclaration anticipée d’euthanasie est un document qu’une personne lucide, malade ou non, rédige pour l’avenir, dans l’éventualité où elle se trouverait dans une situation où l’euthanasie pourrait légalement être pratiquée, mais serait en état d’inconscience irréversible (en cas de coma suite à une maladie ou un accident, par exemple) et donc incapable de formuler la demande. Pour rester d’application, cette déclaration doit être renouvelée tous les 5 ans.

La déclaration anticipée de refus de traitements  est destinée à préciser les traitements que l’on refuse  pour le cas où l’on deviendrait incapable de s’exprimer (aussi longtemps que le patient est capable de le faire, ce sont ses volontés exprimées qui sont prises en considération). Plus précisément, le cas concerné par cette déclaration est celui où l’on se trouverait dans un état de déchéance physique ou intellectuelle extrême (par exemple, en cas de confusion ou de démence) ET incapable d’exprimer ses volontés.
Les traitements refusés sont ceux qui prolongeraient artificiellement la vie sans en améliorer la qualité. C’est le refus de l’obstination déraisonnable. Il est demandé de préciser  dans la déclaration les traitements refusés (par ex. : une alimentation artificielle ou hydratation (en cas de refus ou d’incapacité à s’alimenter par ses propres moyens), une réanimation (en cas d’arrêt cardiaque), …)

Pendentif

L’ADMD propose également à ses membres un pendentif signifiant le refus de réanimation conforme à la loi relative aux droits du patient. En tant que membre de l’ADMD, vous pouvez commander auprès du secrétariat un pendentif actant le refus d’être réanimé en cas d’arrêt cardiaque.

Le pendentif actant le refus d’être réanimé se présente sous la forme d’un feuillet d’aluminium de 3x5cm muni d’un petit anneau. Au recto se trouvent le logo de l’ADMD, la mention « Ne pas me réanimer. Reanimeer mij niet », votre photo d’identité, votre signature et votre date de naissance et au verso, le sigle NTBR signifiant Not To Be Reanimated.

 

Ce pendentif ne peut être obtenu qu’après avoir pris connaissance du fascicule d’information concernant cette question. Le fascicule sera accompagné d’un bon de commande. Si vous êtes intéressé(e) et que vous ne nous l’avez pas encore fait savoir, demander le fascicule d’information ci-dessous.

Pour les membres ayant déjà envoyé leur bon de commande, le pendentif est actuellement en préparation. Soyez patient, nous n’imprimons les pendentifs qu’après avoir reçu un nombre suffisant de demandes. Ce regroupement est nécessaire pour permettre à l’ADMD de vous proposer ce pendentif à un prix raisonnable.

Aide aux membres

Par son bulletin trimestriel, par son site internet et par ses publications, l’ADMD donne à ses membres toutes les informations nécessaires à la défense de leurs droits. Son secrétariat est à l’écoute de ses membres pour les conseiller dans leurs démarches, les aider à remplir leurs déclarations anticipées, …

L’adhésion à l’ADMD ne signifie pas pour autant que le membre en demande d’euthanasie y accèdera automatiquement. Le dialogue avec son médecin est essentiel. En cas de problème, le médecin peut toujours contacter le Forum EOL pour être conseillé.

Il va de soi que l’ADMD, n’étant pas un organisme médical, ne fournit ni prescription, ni médicament, ni nom de médecin.

Information du corps médical et paramédical

L’ADMD fournit aux médecins qui s’adressent à elle toutes informations utiles et des références bibliographiques concernant les questions théoriques et pratiques liées aux situations de fin de vie et aux législations qui s’y appliquent. Elle met en particulier à leur disposition une brochure consacrée à tous les aspects que pose la pratique de l’euthanasie.

Par des conférences, des publications et des contacts personnels, par l’appui logistique aux cycles de cours organisés par le Forum EOL (End Of Life) qui groupe des médecins formés à la gestion de la fin de vie, l’ADMD se préoccupe d’informer le corps médical et paramédical des modalités légales mais aussi pratiques concernant le respect des volontés des malades, en particulier sur la fin de vie.

Les médecins EOL sont disposés à apporter une aide à un confrère confronté à une situation de fin de vie ou à une demande d’euthanasie et à agir éventuellement comme consultant légal dans le cadre d’une euthanasie.

Diffusion des idéaux

L’ADMD organise des réunions, des conférences et des débats ; elle participe aux colloques nationaux et internationaux relevant de préoccupations identiques aux siennes. Pour assurer la diffusion de ses idées, l’ADMD publie régulièrement un bulletin d’informations et des mises au point qui sont adressées à un large public. Dans toute la mesure du possible, elle répond aux questions qui lui sont adressées par des citoyens, même non membres de l’association.

Plus l’ association comptera de membres, plus grande sera son influence pour atteindre ses objectifs.

Séances d’information

L’ADMD se consacre notamment à informer celles et ceux qui peuvent être confrontés – à titre personnel ou professionnel – à des demandes relatives à la fin de vie.

Des volontaires sont disposés à se rendre gracieusement dans les établissements scolaires ou les MR/MRS pour donner des séances d’information, partager leur expérience et expliquer aux étudiants, au personnel soignant ou aux résidents et leur famille les dispositions qui sont aujourd’hui d’application dans notre pays en ce qui concerne les droits du patient (refus de traitement), les soins palliatifs et la dépénalisation de l’euthanasie . Un médecin du Forum EOL (End Of Life) peut éventuellement intervenir lors des réunions. Ces réunions amorcent, en règle générale, une véritable réflexion dans les établissements visités.

Nombre d’étudiants préparant un travail de fin d’études peuvent aussi contacter l’association pour recevoir toutes les informations nécessaires à la réalisation de leur projet.

Dans le cas où cette proposition présenterait un intérêt, il suffit de contacter l’ADMD par téléphone ou par courriel pour en déterminer les modalités pratiques.