La tête qui tourne et la parole qui s'en va

Béatrice Gurrey

Béatrice Gurrey dévoile ici un drame per­son­nel : la maladie d'Alzheimer dont ont été vic­times son père et sa mère. Il est rare qu'un couple soit frappé en même temps et cette concor­dance a redou­blé les épreuves aux­quelles sa famille a été confron­tée. Ce récit est l'histoire d'un long che­mi­ne­ment, des pre­miers soup­çons jusqu'au bou­le­ver­se­ment pro­gres­sif d'une vie à deux, sous le regard désarmé des proches.
Comme des cen­taines de mil­liers de familles contraintes de faire face à la même maladie, celle de l'auteur doit se mettre en quête d'un éta­blis­se­ment adapté, accom­pa­gner ses parents, Pierre et Liliane, dans de nou­velles condi­tions d'existence et tenter de s'adapter à la pro­gres­sion iné­luc­table d'une patho­lo­gie aux effets dérou­tants.
Béatrice Gurrey montre combien les troubles de la mémoire, de la pensée et du com­por­te­ment exa­cerbent aussi le carac­tère et la per­son­na­lité de ceux qui en sont affec­tés. Du fond de ce grand oubli, des secrets intimes resur­gissent, une trans­fi­gu­ra­tion du réel s'opère au profit d'un nouvel ima­gi­naire – sombre, tra­gique, chez Pierre ; léger, fan­tai­siste, et même mer­veilleux de drô­le­rie, chez Lili.
Ce témoi­gnage est avant tout une lumi­neuse his­toire d'amour. La force et la beauté de son écri­ture lui donnent des accents de vérité poignants.

Robert Laffont, 2018
978 2221 192344
184 pages