Les voleurs de liberté

Jean-Luc Romero

Vincent, Hervé, Maïa, Chantal, Rémy, Eluana, ces prénoms résonnent tou­jours dans le coeur des Français. Ils nous ont tous émus par leur sin­cé­rité et par la jus­tesse de leurs cris et de leurs demandes d'être déli­vrés d'une vie devenue abso­lu­ment insup­por­table. N'étaient-ils pas les mieux placés – et les seuls – pour juger de l'utilité ou non de conti­nuer à vivre ? Et vous, comment voyez-vous votre fin de vie ? Il y a quelques mois, j'ai écrit sur un petit carnet noir la limite au-delà de laquelle je ne sou­haite pas aller. J'ai écrit les outrages de la maladie que je ne tolé­re­rai pas. J'en ai déjà tel­le­ment subi au point d'accepter les défor­ma­tions de mon corps et de mon visage que le sida et ses trai­te­ments m'ont infli­gées jour après jour depuis plus de vingt ans.

Je lis et relis chaque jour ces lignes pour m'assurer que la maladie ne m'a pas encore amené à ces limites que je juge into­lé­rables. Je me battrai sans relâche pour une loi répu­bli­caine, pour une loi qui assure enfin à chacun d'entre nous, en fin de vie, la liberté, l'égalité, la fra­ter­nité. Les voleurs de liberté ne gagne­ront pas. Ils ne nous vole­ront pas notre der­nière liberté ! Ils ne vous vole­ront pas votre der­nière liberté !

Ed Florent Massot
ISBN 978-2-916-54638-4
235 pages