La Solitude des mourants

Norbert Elias
La Mort Choisie

À l'heure où les tabous sexuels sont battus en brèche par une société qui veut assumer son huma­nité, la mort se retire para­doxa­le­ment du champ de nos repré­sen­ta­tions col­lec­tives. Abordée au Moyen-Age comme un évé­ne­ment social, auquel proches et moins proches se devaient de par­ti­ci­per, l'agonie appa­raît aujourd'hui comme un ultime éga­re­ment de soli­tude. Progrès de la méde­cine contre recul du sen­ti­ment reli­gieux, accrois­se­ment de l'espérance de vie contre néga­tion de son dénoue­ment iné­luc­table, c'est cette contra­dic­tion entre une exis­tence à la fois mieux maî­tri­sée dans son dérou­le­ment et de plus en plus insai­sis­sable dans son issue que Norbert Elias nous détaille. Mêlant les approches his­to­riques, psy­cho­lo­giques et phi­lo­so­phiques du dernier voyage, "La soli­tude des mou­rants" nous invite à regar­der en face ces angoisses pro­fondes que l'on peut éluder un moment, mais pas refou­ler éternellement.

[Description de l'éditeur]

Pocket, 2002
978-2266092050
120 pages