À corps perdu : La mort en face

Centre d'Action Laïque de Namur
À corps perdu

La mort inter­pelle. Le carac­tère aléa­toire impré­vi­sible de sa sur­ve­nue, élément mar­quant d’une incer­ti­tude et d’une fini­tude que l’on s’efforce d’oublier, désta­bi­lise pro­fon­dé­ment l’individu ou la com­mu­nauté qui lui est confron­tée. La mort fait peur. Parfois elle fascine et nous ravit…

Maison des Sciences de l'Homme, 2010
978-2804700645
304 pages